Actualités du 28 octobre 2021


  • Comme chaque année, Rencontre des Continents est enchantée de vous proposer de nombreuses formations et animations en lienS avec l’alimentation durable, la souveraineté alimentaire, les pratiques culinaires créatives, la mise en projet, l’éducation-animation-formation, l’accompagnement de projet, le secteur professionnel de l’AD à Bruxelles, l’intelligence collective, l’approche systémique, l’effondrement, le genre, … et bien d’autres choses encore !



    Certaines formations sont ouvertes à tou·tes, d’autres aux acteur.trices relais (animateur.trices, porteur.euses de projets, éducateur.trices, formateur.trices...), d’autres aux volonterres,... Pour vous orienter, nous vous conseillons de prendre le temps de lire chacune des pages présentant une formation qui vous intéresse (que vous trouverez sous l’onglet « Activités – Formations  »).



    Merci à Matthieu Van Niel, volonterre chez nous, pour ce magnifique arbre de formation ;)


    - Formation "Laurier" (2eme semestre 2021 - contact Louise) : Cycle d’approfondissement en Cuisine Ecologique et politique


    - Formation "Orme" (2eme semestre 2021 - contact Margot) : Cycle d’initiation à la cuisine écologique et politique


    - Formation "Hêtre" (octobre/novembre 2021 - pré-inscriptions et séances d’infos les 15 et 16 septembre - contact Alice) : Découverte du secteur de l’alimentation durable


    - Formations "Mini-Bonzaï" (cycles dédiés aux vonlonterres RdC et toute personne intéressée à se former et à s’engager à nos côtés tout au long de l’année 2021 et 2022 - contact Louise) : Formations pour les volonterres présents et à venir !


    - Formation "Frêne" (tout au long de l’année 2021-2022, contact Olivia) : Formations, animations, renseignements, accompagnement à la demande


    - Formation "Sureau" (fin 2021-2022, contacter Seb) : Animatrices-teurs Jeu de la Ficelle et Potentia - La puissance de l’agir collectif !


    - Formation "Cyprès" (Sept 2021, contacts Seb et Baptiste). Pour en savoir plus, c’est par ici : Explorer l’alimentation et la transition des systèmes alimentaires



    Bonnes découvertes... N’hésitez pas à prendre contact avec les personnes responsables, si vous souhaitez plus d’infos ou êtes intéressés !


    Pour toute demande d’animation, de formation, d’intervention sur mesure dans le cadre de votre projet, de partenariat lors d’un événement en lien avec l’alimentation durable à Bruxelles... ou pour toute autre chose - on a conscience de votre créativité débordante et on adore ça - merci de bien vouloir prendre quelques minutes pour remplir le formulaire de demande (disponible sur la page « contact »). Cela facilitera nos échanges à venir et nous permettra de vous faire un retour ou une proposition au plus près de vos attentes.


    Belle pause estivale et au plaisir de vous retrouver au détour d’un des multiples chemins de notre forêt à la rentrée !



    Elodie notre nouvelle collègue, qu’on est ravi d’accueillir dans le collectif : 



    N’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe si vous souhaitez plus d’infos !


     


     


     


  • Découvrez 3 propositions de l’équipe de l’Institut Eco-Conseil pour accompagner votre passage à l’action, ici et maintenant ;


     


    1 - Devenez Facilitateur.rice en économie circulaire
    2 - Devenez Eco-conseiller.ère (en travaillant)
    3 - Actualisez ou rafraichissez vos connaissances et savoirs pratiques, grâce à leurs formations continues


     


    Toutes les infos par ici => https://www.eco-conseil.be 

     
    Appel à candidatures (1/2)


    Se former au métier de Facilitateur.rice en économie circulaire, c’est investir dans un métier d’avenir : la demande est en hausse, les attentes sont fortes !


    L’Institut Eco-Conseil a pour ambition de former de futurs stratèges de l’économie circulaire et répondre aux enjeux des organisations, en proposant un parcours pédagogique de 18 mois mêlant acquisition de connaissances techniques et développement de « soft skills », accompagné par une cinquantaine d’experts et professionnels.


    Vous aussi, prenez part à la transformation de l’économie, devenez Facilitateur.rice en économie circulaire (tout en travaillant) ! 

    Kick off 3e promo : avril 2022 !
     
    Présentation de la formation en vidéo par Marie-Céline GODIN, coordinatrice.


    La prochaine promotion débutera en avril 2022. Pour participer, vous êtes invités à vous inscrire à une de nos séances d’information.

    Infos/inscriptions par ici !
     
    Appel à candidatures (2/2)
    Kick off 9e promo : janvier 2022 !


    Cette formation en horaire décalé et en alternance vous permet de développer vos compétences environnementales et communicationnelles au travers d’un parcours théorique de 40 journées de formation en 15 mois. Les éco-conseiller.ères issu.e.s de la formation en alternance ont mené sur leur lieu de travail des projets au bénéfice direct de leur entreprise et avec des effets durables. 


    Vous souhaitez y participer ou de plus amples informations ?
    Inscrivez-vous à nos séances d’info !

    Infos/inscriptions par ici !
    Possibilités d’aides - pour ces 2 formations - via les Congés-Education et les Chèques-Formation
     
    Formation continue
    Le programme de la rentrée !


    Un programme de formation "sur mesure" pour permettre de réactiver, renouveler, actualiser, enrichir les savoirs (thématiques) et les savoir-faire (outils), pour vous qui mettez en œuvre des projets de transition et de développement durable, tout en développant votre réseau professionnel !

     
     
    6 & 7/10
    Mettre en pratique le changement
    environnemental dans son organisation 

    (Marie-Céline Godin)
    -
    8/10

    L’Importance des biais cognitifs
    dans les dynamiques de groupe
     
    (Bernard Walschaerts)

    -
    22/10 & 19/11

    Développer l’imagination par une intelligence collective au service de solutions créatives 

    (Bernard Walschaerts)
    -
    29/10 & 26/11

    Changer de comportement avec les nudges 

    (Bernard Walschaerts)
     
     
    10/11
    Décomplexer la gestion de projet 

    (Valérie Claes)
    -
    15 & 22/11

    Introduction à l’ennéagramme 

    (Jacques Valentin)
    -
    3 & 17/12

    Facilitation graphique : techniques de base
    des pratiques visuelles & drill sketchnoting 

    (Anne-Laure Tarbe)
    -
    10/12

    Prise de recul avec la créativité 

    (Anne-Laure Tarbe)


    Notez que pour mieux répondre à vos besoins, le prix de nos formations courtes a récemment été revu ; 80 euros pour 1 journée - 140 euros pour 2 journées. Au plaisir de vous y retrouver !

    Infos/inscriptions par ici !
     
     
    Pssst ! Vous pensez que nos formations peuvent intéresser votre entourage ? Vous êtes nos meilleur.e.s ambassadeur.rice.s, merci pour vos précieux partages !


     


  • Face à l’urgence climatique, des décisions politiques doivent être prises. Maintenant. La nature offre de nombreuses solutions. Interpellez nos décideurs. Signez le Manifeste, porté par de nombreuses associations.



    Pour lire le manifeste cliquez par ici !


    Inondations, sécheresses, coulées de boue… les effets du dérèglement climatique nous touchent ici et maintenant. Il faut agir.


    Ce manifeste est destiné au gouvernement. Nos revendications sont concrètes et directement applicables. La nature a un rôle primordial à jouer dans la gestion des événements climatiques extrêmes. Défendons-la.


    Arrêtons de bétonner. Cessons de dénaturer l’agriculture. 



    Les signataires :



  • C’est avec plaisir qu’on vous annonce la parution de la publication : "Quand sorcières et désobéissant.e.s s’emparent des enjeux environnementaux".



    Face à la situation écologique, sorcières et désobéissant.e.s racontent les joies et les angoisses de la lutte, expérimentent d’autres manières de faire corps et de ressentir les liens au vivant, tissent d’autres récits pour redessiner le monde d’aujourd’hui et de demain.



    Cette publication propose des analyses de films de fiction et de documentaires, des mises en perspectives et de nombreux témoignages (que des membres de RdC ont eu la joie de partager) sur les parcours, émotions, envies, doutes, visions et espoirs pour l’avenir.



    Sorcières de cinéma, sorcières du passé
    et sorcières en lutte


    La sorcière, fictive par nature, a toujours été le fruit d’un récit (mythologique, politique, historique, cinématographique, etc.). Ces récits sont ici explorés de manière subjective à travers les films et dans une relecture de l’Histoire, pour montrer les liens entre luttes environnementales et luttes contre les inégalités et les oppressions. Des témoignages illustrent, dans un second temps, la multiplicité des liens tissés aujourd’hui avec la sorcière. Ils ont en commun d’expérimenter d’autres manières de faire corps et de ressentir les liens au vivant.


     


    Désobéissant.e.s


    Au départ d’entretiens avec des militant.e.s et de documentaires tournés au cœur des luttes, nous proposons un tour d’horizon de quelques notions qui traversent les actions militantes en général et la désobéissance civile plus particulièrement. Les films et les témoignages racontent le moteur de l’engagement, la diversité des pratiques, l’ancrage dans une situation et un territoire, les joies et les angoisses des militant.e.s et les récits qui accompagnent la mise en action pour redessiner le monde d’aujourd’hui et de demain.



    Publication disponible ici :
    https://www.pointculture.be/webdocs/service-educatif/flipbook/revoltes-et-mutations/


  • Bloquez vos agendas, Good Food Good Farming revient ! Du 1er au 31 octobre, mobilisons-nous pour la transformation radicale de nos systèmes alimentaires ! En groupe ou individuellement, organisons à travers l’Europe une multitude d’actions créatives en ligne et hors ligne pour faire pression sur nos gouvernements afin qu’ils fassent des réformes alimentaires et agricoles favorables à l’avenir.



    Vous voulez rejoindre le mouvement ?
    Inscrivez votre activité/action ici :
    https://www.goodfoodgoodfarming.eu/joinus/


    Nous devons montrer aux responsables politiques que les citoyen·nes, les agriculteur·rices, les militant·es et bien d’autres exigent un changement radical des politiques qui soutiennent les petit·es agriculteur·rices et les moyens de subsistance ruraux, protègent nos sols, l’eau, les écosystèmes et la biodiversité, aident à lutter contre la crise climatique et fournissent une alimentation saine pour tous·tes. Ensemble, nous demandons aux gouvernements nationaux de changer l’orientation des politiques agricoles et d’être aussi ambitieux que nécessaire pour assurer un avenir durable aux populations et à la planète !



     


  • A Bruxelles et en Wallonie, le monde politique envisage de conditionner l’accès à des activités telles que le sport, l’horeca et la culture au Covid Safe Ticket. Cette carte blanche est co-signée par 400 organisations dont RdC et plus 1.000 travailleurs·euses des arts et de la culture. Elle dénonce le caractère arbitraire du champ d’application du CST et alerte sur les dangers d’un outil de contrôle hasardeux qui risque de se banaliser.


    La liste des 1.400 premiers signataires (organisations artistiques, opérateurs socio-culturels, artistes, travailleuses et travailleurs de terrain…) est consultable sur le site www.stillstandingforculture.be, où il est également possible de signer cette carte blanche.


     



     

    La généralisation du Covid Safe Ticket, un dangereux précédent


    À Bruxelles et en Wallonie, le monde politique envisage de conditionner l’accès à des activités telles que le sport, l’horeca et la culture au Covid Safe Ticket. Cette carte blanche émanant du monde culturel, signée en 24h par près de 450 organisations et 1250 travailleurs·euses des arts et de la culture, souligne le caractère arbitraire du champ d’application du CST et alerte sur les dangers d’un outil de contrôle hasardeux qui risque de se banaliser.


    À Bruxelles et en Wallonie, les autorités régionales annoncent l’extension du Covid Safe Ticket (CST) dès le 15 octobre. Cet outil, créé il y a quelques mois pour permettre la reprise des événements de masse, va désormais conditionner l’accès d’un certain nombre de lieux et des activités réunissant plus de 50 personnes à la preuve d’un vaccin, d’une immunisation récente ou d’un test négatif au Covid-19. Les secteurs soumis à cette extension du CST verront une série de restrictions se lever. Ainsi, dans le « secteur » des arts et de la culture, qui mélange pêle-mêle des tas de réalités différentes, les lieux seront désormais autorisés à revenir à des jauges pleines et les spectateurs pourront y enlever leur masque. En contrepartie les organisateurs devront contrôler le public et le cas échéant, refuser l’accès à toute personne qui ne serait pas munie de ce sésame.


    Pas trop tôt !, se disent certains qui y voient l’opportunité d’un retour à la normale bien mérité. Il faut dire qu’au cours des 18 derniers mois, certains secteurs comme celui de la culture ont été particulièrement mis à contribution, se voyant obligés d’alterner de longues périodes de fermeture totale avec des périodes d’ouverture conditionnée à des protocoles stricts, et ce malgré que toutes les études scientifiques concluaient que les salles proposant des activités assises sont très peu propices à la propagation du virus.


    À nos yeux, le CST perpétue pourtant cette politique du deux poids-deux mesures qui a cours depuis le début de l’épidémie de Covid-19 en Belgique et qui prétend distinguer « l’essentiel » de ce qui ne l’est pas, une ritournelle qui favorise toujours les activités marchandes et l’économie consumériste. À défaut d’études comparatives fiables, et en l’absence de preuve de sa véritable efficacité, le champ d’application du CST concernerait une fois encore, obstinément, des secteurs d’activités spécifiques plutôt que des situations où les risques de transmission seraient tangibles. On notera que le dispositif est imposé notamment aux lieux de culture et de socialisation, mais pas aux entreprises ou aux centres commerciaux où s’agglutinent pourtant des milliers de personnes chaque jour. 


    Logique de santé publique, vraiment ? Ou choix politique d’instrumentaliser certains champs d’activité pour ne pas en affecter d’autres ? Un coup d’œil chez nos voisins apporte des éléments de réponse. En France, le gouvernement avait choisi cet été d’élargir le système de contrôle sanitaire aux centres commerciaux de plus de 20.000 m2 dans les régions les plus touchées par l’épidémie. La mesure fut de très courte durée, plusieurs préfectures la suspendant rapidement face à la levée de bouclier du patronat et de grosses enseignes déplorant une chute notable de leurs activités commerciales (1). Mais lorsque les salles de cinéma ont déploré que l’entrée en vigueur du pass sanitaire avait fait chuter leur fréquentation de près de moitié, les autorités n’ont pas cillé (2)

    La carotte et le bâton, mais dans quel but ?


    Malgré un nom faisant explicitement référence à « la sécurité », il y a matière à douter de l’aptitude du CST à atteindre les objectifs qui lui sont attribués par les gouvernements : limiter la circulation du virus, éviter la saturation des hôpitaux, empêcher un nouveau confinement. Il ne se trouve d’ailleurs pas grand monde parmi les politiques pour affirmer que le CST serait réellement un outil de réduction des risques. Pas grand monde non plus pour démontrer que la balance entre ses avantages et ses inconvénients justifierait sa généralisation.


    Plusieurs épidémiologistes belges ont récemment souligné que ce dispositif n’a pas prouvé son efficacité, voire qu’il serait susceptible d’augmenter les risques de contamination dans certaines situations (3) car la méthode choisie, celle de la carotte et du bâton, prévoit de suspendre les gestes barrière. 


    En avril, le Comité d’urgence de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est prononcé contre l’instauration des pass sanitaires, notamment parce qu’ils peuvent « aggraver les inégalités » mais aussi en raison des « preuves limitées concernant la performance des vaccins sur la réduction de la transmission » (4). En août, le Groupe d’Experts de stratégie de crise pour le Covid-19 (GEMS) a quant à lui recommandé au Gouvernement belge de n’utiliser le CST que dans des contextes où il aurait une forte légitimité sanitaire, tels des événements de masse présentant un risque important de transmission et que d’autres mesures moins intrusives ne permettraient pas de prévenir (5). Les experts du GEMS pressentaient qu’à défaut d’une application basée sur ce principe de proportionnalité, le CST serait perçu comme une obligation vaccinale déguisée et ne ferait qu’accentuer la polarisation de la société.

    Un basculement dont on mesure encore peu les effets à long terme


    Car tandis que la vaccination contre le Covid-19 reste légalement un acte volontaire, la finalité du CST apparaît moins comme un rempart sanitaire que comme une parade politique, à savoir stimuler la campagne de vaccination par une forme d’obligation qui ne dit pas son nom et dans laquelle l’État se décharge de ses responsabilités sur les équipes des lieux concernés, censées se transformer en agents de contrôle.


    Très pragmatiquement, nous devons d’abord rappeler que nous ne sommes ni compétents pour gérer les tensions que ce tri du public ne manquera pas de provoquer à l’entrée de nos lieux et de nos activités, ni habilités à contrôler des identités. Nous n’avons pas non plus les moyens d’engager des sociétés de gardiennage, lesquelles ne sont d’ailleurs pas davantage habilitées à contrôler les identités et c’est heureux. Mais surtout : ce n’est pas notre rôle ! Nous ne nous sommes pas engagés dans ces métiers pour ça. C’est contraire à l’éthique et aux valeurs que nous défendons à travers nos activités et nos productions. Si nous avons un rôle à jouer, c’est celui de maintenir du lien dans un cataclysme social, de préserver la vie sociale des effets anxiogènes et clivants de la crise sanitaire, de surmonter les inégalités d’accès et de participation à la culture.


    Nous n’avons pas à nous immiscer dans la sphère privée des usagers qui fréquentent nos lieux ou nos activités, que ce soit en contrôlant leur statut vaccinal ou leur identité, c’est-à-dire en participant à ce que l’Autorité de protection des données (APD) qualifie d’« ingérence particulièrement importante dans le droit au respect de la vie privée et le droit à la protection des données à caractère personnel » (6). Nous ne sommes pas là pour exclure ou stigmatiser quiconque, pour priver des gens de leurs droits culturels, ni pour participer à les désactiver socialement… pas même ceux qui, pour telle ou telle raison, ne sont pas vaccinés, pas encore vaccinés, n’ont pas les moyens de se payer des tests, sont sans papiers, ou refusent de se soumettre à ce type de contrôles.


    À quelques jours de l’entrée en vigueur théorique du CST, nous tenons à tirer la sonnette d’alarme sur ce dispositif qui constitue à nos yeux un dangereux précédent. Il risque non seulement de se prolonger dans le temps et de s’étendre face à une épidémie qui n’est manifestement pas provisoire, mais aussi de se reproduire à d’autres occasions, bref, de se « normaliser » tout en multipliant les discriminations et en modifiant fortement nos comportements sociaux. Nous ne voulons pas contribuer à ce glissement vers une société qui transforme la population en juges ou en policiers, qui ce faisant généralise l’usage des smartphones et des QR codes à des fins de contrôle, tout en contribuant à accroître la fracture numérique.


     Il s’agirait d’un basculement dont on mesure encore peu les effets à long terme. Nous ne sommes pas dupes non plus des dégâts humains que le CST causera à court terme au sein de nos publics et de nos équipes. Nous pensons qu’il y a d’autres manières d’envisager une campagne de santé publique et de s’adresser à la population non vaccinée. Nous sommes convaincus que des solutions basées sur l’expertise des équipes et sur les particularités de chaque situation (la taille d’une salle, la possibilité d’y asseoir le public, etc.) seraient plus justes et efficaces qu’un traitement unique imposé dans la précipitation et sans concertation à tout un « secteur ». Nous savons en tout cas qu’il existe des moyens bien moins discriminants et moins attentatoires à la vie privée pour accueillir le public dans les meilleures conditions possibles ; des études internationales et belges en attestent… dont certaines ont été commandées par les mêmes instances qui veulent aujourd’hui généraliser le CST. Le reste n’est qu’une question de choix politique.


    Plus d’infos sur : www.stillstandingforculture.be


     


  • Le Réseau Transition asbl rencontre aujourd’hui de grandes difficultés. Il a récemment traversé de grandes crises, assez logiquement, semblables à celles que connaît notre Monde. Ces derniers mois, la gouvernance du Réseau a été marquée par une crise humaine interne. De cette crise de gouvernance découle aujourd’hui une crise financière sans précédent pour l’organisation. Cette crise de grande ampleur met en péril leurs capacités à assurer leurs missions. Avec humilité, ils vous demandent votre soutien pour continuer à œuvrer ensemble à ce mouvement commun !


     



    Le Réseau Transition asbl rencontre aujourd’hui de grandes difficultés.


    Nous avons récemment traversé de grandes crises, assez logiquement, semblables à celles que connaît notre Monde. Ces derniers mois, la gouvernance du Réseau a été marquée par une crise humaine interne qui nous a beaucoup affecté.es et a généré beaucoup de souffrances pour les personnes impliquées. Vous retrouverez ici un retour d’expérience de Josué sur cette situation. 


    De cette crise de gouvernance découle aujourd’hui une crise financière sans précédent pour l’organisation. Cette crise de grande ampleur met en péril nos capacités à assurer nos missions.


    L’asbl est actuellement sous-financée. Pourtant, la pertinence de notre action quotidienne n’a jamais été aussi forte. Il n’a jamais été aussi urgent de maintenir et stimuler les liens entre les initiatives locales toujours plus nombreuses, il est toujours aussi pertinent de proposer des formations à ces nouvelles pratiques qui nourrissent le quotidien de vos initiatives. Surtout, il est toujours plus important de faire poids ensemble pour garantir la puissance de notre mobilisation, la visibilité et l’impact de nos actions sur l’opinion publique et politique.


    Avec humilité, nous vous demandons votre soutien pour continuer à œuvrer ensemble à ce mouvement commun.


    Avec le cœur et au service de la Transition,


    L’équipe de soutien du Réseau Transition


     


     

    Comment nous aider ?
    Suivez nos formations !
    Je découvre l’agenda des formations !
    Faites un don !
    Je fais un don !
    Devenez mécène !
    Engagez-vous comme bénévole pour le Réseau !
    Redécouvrir la mission 
    du Réseau Transition
    Parlez-en un max autour de vous !
     
    Merci pour votre soutien !


     


  • Le Début des Haricots a un nouveau site web et une newsletter pleine de pépites ! Le DDH pour celleux qui ne connaitraient pas encore, c’est une asbl qui propose des alternatives aux Bruxelloi.ses autour de l’agriculture urbaine, la souveraineté alimentaire et la préservation de l’environnement. Elle contribue à un système agro-alimentaire juste et résilient par le développement de l’agriculture urbaine paysanne et de l’alimentation durable.


    Pour accéder au site c’est par ici : 
    https://www.haricots.org



    Le nouveau format de leur newsletter par ici :
    https://www.haricots.org/spip.php?article69  !



    Dans les coulisses de nos activités, Le Début des Haricots ASBL fait un grand travail pour se renforcer et augmenter son impact pour pouvoir encore mieux vous servir et servir la planète !


    Ce nouveau site web en est une des émergences.


    Ainsi que notre catalogue d’activités tout neuf sorti après de longs mois de préparation !


    Et l’histoire inspirante de l’association racontée par l’un de ses fondateurs, Kari Stévenne.


    La rentrée fut remplie d’activités passionnantes, de rencontres, de débats.
    Voyez notre page Agenda.


    Et pour un résumé de l’été, ça se passe ci-dessous !


    Bonne lecture :)


    Toute l’équipe du Début des Haricots

    La vie à la Ferme Urbaine


    Le weekend du PAL (Projet Alternatives Locales) de Quinoa ASBL fut un succès : moisson de notre épeautre à la mainrécolte et soin de nos oignonsenduit terre paille sur la cabanegros désherbage dans nos buttes à vivaceshydrolats et confiotes, sans oublier les repas au top ! Et même pas peur la pluie ! Merci à vous pour cette super énergie !


    Le Patate Day annuel, en avance cette année à cause de la pluie, nous a quand même fourni une belle récolte... et plein de beaux moments partagés avec nos gasapiens !


    La Ferme a remporté l’appel à projets "Initiatives Durables" de la Ville de Bruxelles grâce à son ambition d’optimiser ses installations d’eau de manière naturelle. Première étape : une station de phytoépuration pour les eaux grises !


    Contact : ferme chez haricots.org

    Chez Graines de Paysans


    Chez Graines de Paysans, BX1 est venu faire un reportage sur l’attaque du mildiou : https://bx1.be/categories/news/a-cause-des-fortes-pluies-le-mildiou-fait-des-ravages/


    Début octobre, c’était la Fête à l’espace-test agricole Graines de Paysans ! Avec de la musique des Blue Mockingbirds, des visites guidées, une Balade remuante de l’Agriculture Urbaine, l’arrivée de la grande Masse critique de l’agriculture paysanne, la Journée Portes Ouvertes au Vogelzang avec CCN Vogelzang CBN dans la réserve naturelle, des ateliers semis et sculptures de courges pour enfants et une guinguette !


    Et puis surtout :
    APPEL À CANDIDATURE : À partir de janvier 2022, l’espace-test pourra accueillir 2 nouveaux porteur·euse·s de projet en maraîchage et 1 porteur·euse de projet en tisanerie. 
    Le dossier est disponible ici, chez BoerenBruxselPaysans.


     PROCÉDURE 
    VISITE (obligatoire) SUR LE TERRAIN :
    MERCREDI 20 OCTOBRE 2021, 13h
    LUNDI 15 NOVEMBRE 2021, 10h
    Graines de Paysans, rue Chant d’Oiseaux 195, 1070 Anderlecht


    ATELIER PRÉPARATOIRE (vivement conseillé) :
    MERCREDI 27 OCTOBRE 2021, 10h
    LUNDI 22 NOVEMBRE 2021, 10h
    See-U, Rue Fritz Toussaint 8, 1050 Ixelles, Bâtiment I


    CANDIDATURE :
    au plus tard le DIMANCHE 28 NOVEMBRE 2021 à minuit


    Pour rappel : tous les samedis matins, marché au champ, de 10h à 13h pour ravir vos papilles et rencontrer vos producteurs locaux :)


    Contact : grainesdepaysans chez haricots.org

    Du côté des Jardins Collectifs


    La rentrée commence fort pour l’équipe des Jardins Collectifs avec l’accompagnement de la nouvelle promotion 2021-2022 des projets « Good Food » de l’appel à projets « Inspirons le Quartier ».
    Les résultats du 1er jury sont disponibles ici.
    Des projets supplémentaires seront sélectionnés en octobre lors du 2ème jury, ainsi que des projets plus ambitieux... Affaires à suivre !


    Dans le cadre du festival Nourrir Bruxelles, nous avons eu le plaisir d’intervenir dans le ciné-débat « Remuer la terre, c’est remuer les consciences », au jardin partagé Aumale vit/Aumale leeft. Discussion citoyenne passionnante autour des enjeux des potagers collectifs et de l’agriculture urbaine. Si vous aussi vous voulez lancer votre potager collectif, écrivez-nous à jc chez haricots.org !


    Contact : jc chez haricots.org

    Dans le Jardin de l’Imprimerie


    Le Jardin de l’Imprimerie vous a offert, et vous offre encore, moult activités : cycle d’initiation au potager agroécologiquevisite interactive du potager et atelier de réalisation de bombes à grainesmoments nature pour petits et grands, pour observer, profiter et savourer ! 


    Contact : imprimerie chez haricots.org

    Un tour à La Pousse Qui Pousse


    La Pousse Qui Pousse-les-Bains/-Bad, c’étaient des animations tout l’été durant les permanences du mercredi après-midi : concert-performance « Ta gueule le monde »atelier brassicoleconcert « Soma »spectacle de marionnettesatelier débétonisation,... Un festival de rires, de réflexions, de rencontres !


    La saison 2021 aura été marquée par l’humidité et les cortèges de limaces, mais qu’à celle ne tienne, elle fut célébrée comme il se doit lors de la Fête d’automne début octobre. Au programme : une grande soupe aux potirons et bettes du jardin, un concert acoustique militant, des petits fruitiers prêts à planter et encore d’autres surprises.


    Enfin, au début de l’été, Fanny Blondeau est venue à La Pousse Qui Pousse et au Jardin de l’Imprimerie pour réaliser un épisode du podcast « L’avis va où ? » pour vous faire découvrir nos deux projets, « des lieux qui rendent la vie quotidienne urbaine agréable et douce ».
    C’est l’épisode 11 et c’est 40 minutes de bonheur auditif ! : http://www.hyperurl.co/lavisvaou !


    La Pousse Qui Pousse est un espace vert, allez y faire tour :)


    Contact : pauline chez haricots.org

    Les Herbes de Bruxelles


    Les Herbes de Bruxelles a organisé 3 journées sur le pouvoir des grandes plantes sorcières cultivées, des plantes médicinales zen et immunitaires :


    Premier feu de septembre ce midi ! Formation tisanerie ça caille !


    Nos nouvelles tisanes et nos nouveaux packagings vous attendent !


    Contact : christie chez haricots.org

    Actualités


    La rentrée a débordé d’initiatives extraordinaires, et Le Début des Haricots y était / y sera !


    Victoire pour l’Initiative Citoyenne Européenne « Sauvons les abeilles et les agriculteurs » : 1.150.000 signatures ! Grâce à vous, nous avons le moyen de faire changer les choses. Un monde sans pesticides est désormais possible et ça nous motive encore plus... pour notre Santé et celle de la Terre !


    Et pour terminer, les légumes du mois d’octobre par Good Food de Bruxelles Environnement et Bruxelles Économie et Emploi !
    Des idées pour les cuisiner, c’est ici : https://www.recettes4saisons.brussels

     
octobre 2021 :

septembre 2021 | novembre 2021

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter